Un homme de Philip Roth

Publié le par Alexandra

"- ... Alors quel est votre dernier coup de coeur ?
- Un homme de Philip Roth ! C'est beau, bien écrit mais aussi très sombre... Une réflexion autour de la vieillesse et de la mort, me répond Aurélie
- Je vais me laisser tenter...
Et voilà comment grâce à ma libraire et à ma Toute Petite qui s'agitait dans sa poussette je fis la rencontre de Philip Roth."
   
roth-un-homme.jpg"Autour de la tombe, dans le cimetière délabré, il y avait d'anciens collègues de l'agence de publicité new-yorkaise, qui rappelèrent son énergie et son originalité et dirent à sa fille, Nancy, tout le plaisir qu'ils avaient eu à travailler avec lui" . Ainsi s'ouvre le roman : la mort inéluctable d'un homme à la vie à la fois singulière et ordinaire. Une vie marquée par  les soucis de santé et la maladie, par le viellissement et ses palliatifs, par la mort des autres et  l'imminence de la sienne. 
Autour de lui, son frère Howie et sa fille Nancy, ses seuls soutiens. Les autres passent : ils l'ont aimé puis détesté. Plus il sent sa fin arriver plus il essaie de comprendre...

     
Dans un style travaillé mais sans grandiloquence, ce récit propose, via cet homme, une profonde réflexion sur le temps qui passe, la vieillesse, et la mort. Le personnage principal n'est qu'un homme ou plutôt tous les hommes : le lecteur est cet homme. Il, ou plutôt devrais-je dire "on", éprouve la mort dès son enfance avec la perte des autres, des gens qu'il aimait et des inconnus, mais à chaque fois l'expérience interpelle et interroge. Cette réflexion est indissociable d'une réflexion sur le sens même de la vie, de nos vies. 

"Parce qu'il en va pour elle comme pour moi depuis que je suis tout petit. Parce qu'il en va pour elle comme pour tout le monde. Parce que l'expérience la plus intense, la plus perturbante de la vie, c'est la mort. Parce que la mort est tellement injuste. Parce qu'une fois qu'on a goûté à la vie, la mort ne paraît même plus naturelle."
  
Et si cette peur de la mort était vaine ?
"Il n'était plus. Affranchi de l'être, entré dans nulle part, sans même en avoir conscience."  
  
   
J'achevais cette lecture lorsque nous apprîmes le décès de Maurice Béjart : comment alors ne pas établir de lien entre les mots de Philip Roth et les propos de ce chorégraphe qui refusait d'appréhender la mort car "pourquoi avoir peur de ce qu'on ne peut éviter ? "
  
Photographie
ÓPhilippe Pachebejart-seul.jpg
 

Publié dans Romans

Commenter cet article

Sébastien avait du mal à fixer ... 30/12/2014 15:34

.

Philippe Pache 27/06/2009 01:24

Bonsoir, ce serait gentil de demander la permission avant d'utiliser ce portrait de Maurice Béjart dont je suis l'auteur .

je vous autorise à le laisser avec la mention © Philippe Pache

Bien à vous Philippe Pache

Alexandra 27/06/2009 08:07



Avec toutes mes excuses (cf mail privé) je rectifie mon erreur et j'en profite pour découvrir votre travail car malheureusement ce n'est pas sur votre site que j'avais trouvé cette photo.
Cordialement.



aurelie 30/11/2007 16:17

Oui, oui...les grands esprits ! Je vous le mets de côté. A bientôt.

aurelie 28/11/2007 22:09

C'est agréable de se voir citer ! J'ai presque envie d'appeler toutes mes copines en leur disant "j'ai ma photo dans le journal" ! Blague à part, je suis heureuse que vous ayez apprécié ce livre. Et c'est curieux car je viens de découvrir Béjart à travers un DVD et un livre d'entretiens "Ainsi dansait Zarathoustra". Superbe d'intelligence. A bientôt fidèle lectrice.

Alexandra 28/11/2007 22:26

Pour la citation, j'espère ne pas avoir trop trahi les propos. Quant à "Ainsi dansait Zarathoustra", j'en avais entendu beaucoup de bien et au vu de l'actualité, je comptais justement passer faire quelques emplettes ! Serait-ce prétentieux de dire que les grands esprits se rencontrent ? ; )

Malorie 28/11/2007 12:14

Je pense lire ce livre d'ici peu, j'ai entendus de bonnes critiques qui me donnent envie d'en savoir plus.

Je profite de ce billet, pour te dire que ton blog est vraiment génial, tu as fait du beau boulot, et c'est avec plaisir que je suivrai attentivement ce bijou.

Alexandra 28/11/2007 17:42

Merci pour ton compliment sur le blog. C'est plaisant de savoir qu'on est lu. A bientôt.