"Un peu de moi avec eux" Laurent Gaudé

Publié le par Alexandra

Naples. 1980. Matteo De Nittis presse son fils, Pippo, pour ne pas arriver en retard à l’école. A l’approche des grilles de celle-ci, une fusillade. Tous deux se jettent au sol : seul Matteo se relève. Là commence le cauchemar d’un père et d’une mère amputés dans leur chair, écorchés par la mort de leur enfant. Giuliana crie à l’injustice et crache sur la vie; Matteo erre dans cette ville, la nuit.

 

Naples. 2002. Filippo De Nittis s’apprête à commettre un crime : une vengeance vieille de plusieurs années. L’autre n’aura pas l’occasion d’avaler la première gorgée de son café : Filippo lui plante un couteau dans le ventre.

 

Encore une lecture bouleversante… Cette histoire de père et de mère endeuillés m’a bouleversée au plus profond de mes entrailles et a donné un visage et un décor à mes angoisses les plus profondes. La perte d’un enfant y est représentée avec une telle violence et un tel réalisme qu’il me semble difficile d’y rester insensible. Pourtant, ne vous méprenez pas, ce livre porte en son cœur un espoir… La Porte des Enfers.

Chut ! J'en ai déjà trop dit...

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Il faisait un temps magnifique. 29/12/2014 18:27

.

Nicolas 21/08/2009 22:07

J'ai bien aimé sur le coup mais un an après, je dois avouer que je prends conscience que je n'ai gardé que très peu de souvenirs de ce roman. Bonne lecture, belle écriture, mais finalement sans plus... pourtant j'aime beaucoup le style de Gaudé mais cela ne suffit pas à faire un roman inoubliable.

Leiloona 24/04/2009 10:31

Effectivement le thème a l'air très difficile et porteur d'une grande émotion.
C'est donc en lectrice avertie que j'ouvrirai ce roman.

Gambadou 20/04/2009 21:07

Coup de coeur pour moi aussi, comme tous les livres de Gaudé d'ailleurs

Alexandra 21/04/2009 07:15


Je n'en ai lu que deux pour l'instant... celui-ci m'a davantage marqué que le Soleil des Scorta. J'en lirai d'autres probablement.