Quand Garnier se joue de son lecteur

Publié le par Alexandra


Louis n'a jamais réussi sa vie amoureuse et vit encore avec sa mère. Il décide de se prendre en main mais pour cela, il doit trouver une idée pour sa mère dépendante. Les esquimaux "abandonnent leurs vieux sur un morceau de banquise" : Louis tue sa mère. L'héritage lui permet de vivre confortablement ; dès lors, il décide de rendre heureux ses amis en aidant, à leur insu,  leurs vieux à disparaître plus tôt que prévu.

Louis ne commet en réalité que des crimes d'encre puisqu'il n'est que le personnage principal du roman que le narrateur rédige sous nos yeux de lecteur. Ce narrateur est un taciturne et un solitaire. Sa petite vie est bousculée lorsque débarquent chez lui Nath, la fille de celle qu'il aime, puis Christophe, un vieil ami. Sa fiction prend alors des goûts de réalité.

Ah, Monsieur Garnier, comme vous vous jouez de nous ! On se récrimine lorsque certains confondent narrateur et auteur et, Vous, vous nous livrez un narrateur plus vrai que l'auteur. Solitaire, taciturne, aimant écrire le verre à la main, au physique prétendu déplaisant, rédigeant des récits pour la jeunesse à la demande expresse de son éditeur... bref, tout ce dont parle Pascal Garnier à son propre sujet lors d'une rencontre littéraire... à moins que le Pascal Garnier qui se livre ne soit lui aussi qu'un personnage construit pour ses lecteurs, ceux de la "vraie vie"...

Par ailleurs, ce qui est plaisant dans ce roman, est la mise en abîme de l'écriture : j'ai toujours savouré ce jeu du récit dans le récit. Le narrateur livre ses réflexions autour de la construction del'histoire qu'il écrit, autour de Louis ce personnage si complexe : un ange de la mort ou un raté c'est selon. Et c'est avec un plaisir certain qu'on arrive au terme de ces deux lectures, car c'est bien de cela qu'il s'agit, deux histoires pour le prix d'une : rentable, non ?


Source : La solution esquimau, Pascal Garnier, Zulma, 1996

Publié dans Romans

Commenter cet article

La plainte avec constitution de partie civile 30/12/2014 09:58

.