Quand l'actualité est trop pesante...

Publié le par Alexandra

Depuis ce début d'année l'actualité au Proche-Orient me semble insoutenable... voire sans espoir parfois. Les tensions et les ressentis sont vifs dans chaque communauté et toute tentative de dialogue, même dans les meilleures émissions de débats, semble vouée à l'échec... Et moi, dans ma petite vie bien tranquille, que puis-je faire ? Rien me semble-t-il, sinon espérer...

C'est dans cet état d'esprit que je me suis plongée dans un roman pour la jeunesse tourné vers l'avenir :


Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti


Tal Levine, dix-huit ans, vit à Jérusalem. Elle fait partie de ces Israéliennes qui pensent qu'un dialogue avec le "prétendu" ennemi est possible et qui rêvent d'un avenir meilleur. C'est avec cet espoir et sa fraîcheur que, suite à un attentat suicide, Tal décide d'écrire ce qu'elle ressent ; elle place sa lettre dans une bouteille et demande à son frère, alors en service à Gaza, de jeter sa bouteille à la mer.
Quelques jours plus tard, elle reçoit un mail. Gazaman a trouvé son message.

A nouveau, nous avons là l'exemple même d'un roman prétendu pour la jeunesse mais qui par son écriture, ses réflexions et ses propos dépasse largement le cadre de la jeunesse.

Ce récit offre deux points de vue à la fois réalistes et sensibles sur ce que vivent Israéliens et Palestiniens. Il met également en avant les tensions et les sentiments exacerbés par les attentats d'une part et les bombardements et les ingérences de l'armée d'autre part. Les personnages, bien campés, échangent tantôt avec humour, tantôt avec sensibilité, tantôt avec rage leur lassitude face à ce conflit enlisé depuis tant de décennies.

Ce roman 
permet aussi aux jeunes générations de comprendre les enjeux et les évolutions du conflit dans ses grandes lignes. Ils prennent également conscience de la portée symbolique de la poignée de mains, dont nous nous souvenons tous, entre Arafat et Rabin en 1993 dans le cadre des accords d'Oslo. Puis de la douleur vive qu'Israéliens et Palestiniens ont pu ressentir lors de l'assassinat du même Rabin deux ans plus tard.

Bref, à découvrir si ce n'était pas déjà fait.

 

 

Commenter cet article

L'attestation de Madame Batista 30/12/2014 10:07

.

sylvie 30/01/2009 10:22

J'ai envie de le lire aussi !
je le note:)

Tiphanya 20/01/2009 18:36

Tu me donnes envie de le découvrir. En plus je viens de voir que l'auteure est française, mais a habité en Israël et y a fait son service militaire. De quoi donner une autre portée à ce roman.

Mimienco 19/01/2009 15:05

On m'avait déjà conseillé ce roman, qui redonne l'espoir qu' un jour ces deux peuples vivront en paix! Je le note!