Les enfants de Timpelbach de Henry Winterfeld

Publié le par Alexandra


Lieu : Timpelbach, village tyrolien.

Particularité :  des enfants  garnements in-su-pport-ables menés par la bande des "Pirates" sous les ordres d'Oscar le Rouge. Des parents et des habitants excédés face à tant de mépris des règles et tant de farces au goût plus que douteux.

Une solution radicale : abandonner et livrer les enfants à eux-mêmes afin qu'ils aient vraiment peur.

Un imprévu : les parents, égarés puis arrêtés, ne peuvent rentrer à Timpelbach le soir-même comme ils  l'avaient convenu...

Ce roman pour la jeunesse est un peu dans l'esprit des romans de Roald Dahl. Dans cette histoire, certains enfants sont de véritables terreurs, des individus profondément méchants, tout droit sortis des antres de la terre ! Bref, des "sales gosses" dans notre jargon d'adultes. La correction envisagée par les parents est à la fois terribles pour les enfants et, oserai-je dire, jouissive pour nous autres ( révélateurs d'un fantasme inavouable ?). Pourtant, un groupe d'enfants lucides et courageux vont non seulement permettre à tous les autres de survivre mais en plus ils vont sauver l'honneur de leurs parents qui les ont honteusement abandonnés ! C'est d'ailleurs là que s'arrête mon parallèle avec Dahl puisque dans cette histoire la morale sera sauve : les parents sont emplis de remords  et la pire des terreurs se repent ! Une intrigue sympathique donc.
Du point de vue de la construction narrative, le roman n'est pas dénué d'intérêt puisque le récit de l'aventure des enfants est encadré par celle de Manfeld, le narrateur, qui donne à voir la phase d'écriture de cette histoire. Bref, un vrai travail de lecture pour les enfants.

A savoir : ce roman a été adapté pour le cinéma par Nicolas Bary et sortira en salle pour les fêtes de Noël ! Le site du film, i
ci.

Commenter cet article

Mon premier recommandé 30/12/2014 10:29

.

Séverine 04/10/2008 15:10

Tu décris là ce que je m'attendais à lire : me voilà donc décidée à repousser un peu l'ami Vercors pour ouvrir ce roman probablement bien sympathique !