Dans la main du diable d'Anne-Marie Garat

Publié le par Alexandra

1913. Gabrielle Demachy apprend officiellement la mort de son fiancé Endre Lukàcz après plusieurs années d'absence et d'incertitude. Endre est certes son grand amour mais il est aussi son cousin ; orpheline, elle a été élevée à ses côtés par sa tante Agota, une clandestine hongroise à Paris. 
L'annonce de cette mort ne la satisfait pas : le ministère de la guerre semble ne pas connaître les raisons de cette disparition et pour tout vestige il lui remet une malle contenant de malheureux effets personnels qu'elle ne reconnaît pas. Gabrielle veut savoir, elle entreprend alors une enquête personnelle pour découvrir les raisons de la disparition de son amour alors qu'il se trouvait à Rangoon en Birmanie. Michel Terrier, fonctionnaire au ministère des armées, un homme semble-t-il fort affable, lui propose de l'aider : il lui fournit le nom de celui qui était avec Endre dans ce pays lointain et qui serait responsable de sa mort : le docteur Pierre Galay, descendant de la célèbre biscuiterie Bertin-Galay dirigée par sa mère, une femme à la main de fer. Cette dernière cherche justement une institutrice pour sa petite fille Millie. Gabrielle se présente pour la place et l'obtient. Ainsi, elle entre dans cette famille.
Millie n'est autre que la fille de Pierre Galay. Enfant sauvage, elle voit peu son père toujours en voyage et n'a jamais connu sa mère morte juste après sa naissance. Malgré ses intentions cachées, Gabrielle s'attache rapidement à cette enfant, à la maison de campagne des Galay et à cette famille. Petit à petit, par sa personnalité, elle en séduit les différents membres, y compris Pierre Galay. C'est ainsi qu'un soir il lui parle d'un cahier rédigé en hongrois confié par un ami décédé. Pour Gabrielle, il n'y a plus de doute : le docteur sait ce qui est arrivé à Endre.

ENFIN ! Enfin, je suis arrivée au terme de ces 1288 pages. C'est bête à dire mais j'éprouve comme une certaine fierté, un plaisir intérieur d'avoir silloné un tel univers. Ce que j'aime dans ces romans longs et complexes c'est qu'ils prennent le temps de camper les personnages, de leur créer une personnalité fine et nuancée, de leur construire une histoire à la fois singulière et commune, à laquelle chaque lecteur peut ponctuellement s'identifier, et d'explorer toute la palette des sentiments. Les quitter après tant de pages c'est comme quitter un cercle de connaissances, voire pour certains, d'amis.
Garat plante aussi merveilleusement le décor : les descriptions sont précises, pleines de détails qui ne semblent jamais futiles. Chaque chose est à sa place, chaque objet est empli d'un symbolisme plus ou moins fort, pourtant tout semble réaliste : un désordre organisé, une nature composée.
L'intrigue quant à elle connaît d'importantes variations de rythme : une succession d'actions et d'événements à des phases clefs du roman, puis des langueurs agréables qui permettent au lecteur de prendre possession de ces personnages et de ces lieux dont je viens de parler. L'histoire explore les thèmes de l'amour, de l'espionnage et de l'aventure : bref, des ingrédients, qui, bien dosés, offrent une belle recette. Justement, les quantités sont à mon goût : suffisantes pour donner du goût mais sans excès pour éviter l'écoeurement. Bref, vous aurez compris que ces semaines d'attente en valaient la peine et qu'il me tarde à présent de découvrir la suite parue en avril :


Tiens, cela ne serait-il pas une excellente idée de cadeau ? A bon entendeur...

Le site de l'auteur, ici.

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Que m’est-il arrivé? 30/12/2014 10:53

.

katell 31/05/2008 20:50

Il est dans ma pAL....je n'ai pas encore eu le courage (vu l'épaisseur!) de l'ouvrir pour en commencer la lecture. mais cela va venir...un jour ;-)

Alexandra 01/06/2008 11:13


Je comprends... je pense que l'idéal étant d'attendre le bon moment pour se laisser prendre par ce roman... peut-être pendant les vacances. C'est ce principe que je vais appliquer pour la suite,
bien que, Anne-Marie Garat étant présente dans 10 jours dans une librairie de ma ville, je ne vais sans doute pas réussir à patienter ; )


Moustafette 25/05/2008 01:58

J'ai adoré ce livre et je ne sais pas si j'aurai la patience d'attendre que la suite sorte en poche Babel !

florinette 19/05/2008 16:36

J'ai très envie de lire ce roman, mais, pour l'instant, c'est surtout le nombre de pages qui me rebutent un peu...par contre, je ne savais pas qu'il y avait une suite !!

Alexandra 19/05/2008 21:07


Je comprends tout à fait pour le nombre de pages... mets-le de côté pour les vacances.