Sans parler du chien de Connie Willis

Publié le par Alexandra

willis-sans-parler-du-chien.jpgNed Henry est un historien du XXIe siècle, appartenant à l'équipe du professeur Dunworthy. Il effectue régulièrement des sauts temporels afin de se rendre sur des lieux importants de l'Histoire et y prendre des notes ou recueillir des informations. Sa dernière mission lui donne bien du mal : engagé par Lady Schrapnell, une femme richissime et exigeante (limite hystérique), Ned doit retrouver la potiche de l'évêque qui a disparu de la cathédrale de Coventry lors du Blitz en 1940. Or, à force de multiplier ces sauts dans le passé, notre héros souffre d'un grave déphasage qui amène Dunworthy à l'expédier à l'époque victorienne afin, prétend-il, de se reposer et d'échapper aux griffes de Lady Schrapnell. Mais la réalité est tout autre : Ned doit rectifier un paradoxe temporel créé par Vérity, une collègue qui a sauvé un chat de la noyade en 1888 et l'a ramené au XXI ! Ned a donc pour mission de rétablir, avec cette jeune femme, l'ordre des choses afin de ne pas bouleverser irrémédiablement le cours de l'Histoire. Les voici tous deux s'acharnant à rétablir les liens rompus et à rechercher la fameuse potiche...
   
Habituellement, mon regard ne se pose jamais sur les romans de Science-Fiction mais je dois bien avouer que celui-ci n'est pas commun. En effet, des caractéristiques du genre, on ne trouve que le futur, l'innovation technique permettant les voyages temporels et quelques termes scientifiques. L'intérêt est donc ailleurs. 
J'ai été particulièrement séduite par le ton employé pour raconter cette histoire qui ne repose  que sur des pécadilles, pécadilles qui menacent de bouleverser radicalement l'Histoire ! Puis, comment ne pas sourire en voyant des personnages se soucier, se démener ou se mettre en danger pour "la potiche de l'évêque"(un objet pareil, avouez que ce n'est pas banal!). "Sans parler du chien" me direz-vous ? Et oui, que vient faire là un chien  alors que c'est le voyage d'un chat qui menace d'anéantir l'humanité ? Il s'agit d'abord d'une référence à un classique de la littérature anglaise, Trois hommes dans un bâteau de Jérome K. Jérôme, souvent cité dans l'oeuvre . Peut-être pouvons-nous aussi voir dans ce chien le symbole de cette histoire : un petit rien à l'effet papillon. 
Ce récit est donc truffé de situations incongrues, voire absurdes, et de jeux de mots qui lui confèrent un ton so british... L'humour anglais
 de ce roman vous fait passer un agréable moment de lecture.

Publié dans Romans

Commenter cet article

Le déménagement fut succinct... 30/12/2014 15:38

.

Herveline 22/11/2008 14:23

Mais de rien. Le "tu" est plus convivial. Sinon et bien j'aime les blogs généralistes qui me sortent de mes univers de prédilection et puis il y a quelques recettes fort appétissantes que je suis assez tenter de tester. On se recroisera donc. Amicalement

Herveline 21/11/2008 16:44

Une remarque intéressante que de dire que tu ne lis pas en général de SF. Mais si ! Tu lis Connie Willis, Bradbury, Jean Molla avec son "Felicidad". Des tas de gens disent qu'ils ne lisent pas de SF ou qu'ils n'en liront pas et pourtant ils/nous/vous en lisons tous sans le savoir. Le terme "rebutant" de SF englobe en effet des tas de styles, de thèmes, de sous-genres qu'il est presque impossible de ne pas les croiser au moins une fois dans sa vie de lecteur. Mes félicitations aux personnes comme toi qui s'ouvrent à toutes les possibilités de découvertes.
Et pour clore cet hommage pompeux, hihihi, et bien.... je n'ai pas lu ce bouquin. Mais par contre "Passage" du même auteur était très intéressant.

Alexandra 22/11/2008 14:19



Merci, je note ce titre, d'autant que j'avais beaucoup apprécié le côté décalé de ce roman.


Merci aussi pour ton (ou votre ?) passage.



La Culture se Partage 05/11/2007 23:45

Si je n'avais pas autant de bouquins à lire en ce moment, je me laisserais bien tenter par celui-ci !
Catherine.
PS : alors, ces gaufres ?

Alexandra 06/11/2007 07:38

A la LAL... elle enfle au gré des blogs. J'ai le même problème et suis parfois frustrée de ne pas avoir plus de temps pour lire. Quant aux gaufres, elles étaient délicieuses. Je compte promouvoir ta recette (et ton blog) par la même occasion !A bientôt.