Le tableau du maître flamand d'Arturo Perez-Reverte

Publié le par Alexandra

Julia est une jeune restauratrice d'oeuvres d'art à qui l'on confie la célèbre toile de Van Huys La partie d'échecs (1471). Cette toile doit faire prochainement l'objet d'une vente. Au cours de la restauration, la radiographie de l'oeuvre révèle une inscription latine : "Quis necavit equitatem ?" (dont la traduction est "Qui a tué le cavalier ? ou "Qui a tué le chevalier ?").  Consciente que cette découverte accroîtra la valeur du tableau, Menchu, l'intermédiaire entre le propriétaire de la peinture et la maison Claymore, pousse Julia à en découvrir davantage. Celle-ci aidée de son vieil ami César, son père d'adoption, plonge dans le passé trouble de l'oeuvre. Tout cela reste amusant et fascinant jusqu'au jour où le passé rejoint le présent : en effet, Alvaro, professeur d'histoire de l'art, qui a apporté des informations précieuses au sujet du Van Huys, est retrouvé assassiné dans sa baignoire. Quel lien avec une oeuvre vieille de plusieurs siècles ? Rapidement, Julia et César comprennent qu'un criminel continue la partie d'échecs peinte ! Les voici donc acculés à poursuivre l'enquête et à jouer cette partie ; pour cela, il s'entoure d'une tierce personne, un brillant joueur d'échecs nommé Munoz.
   
La phrase Incipit du roman annonce le genre : "Une enveloppe cachetée est une énigme qui en renferme d'autres". Le tableau du maître flamand est un excellent roman policier à énigme ; tous les ingrédients sont là pour maintenir le lecteur dans ses rets (indices, fausses pistes, suspense, rebondissements, chapitre final explicatif). De plus, l'illusion de la réalité est telle qu'on finit par croire que Van Huys et son oeuvre sont réels ! En réalité, Perez-Reverte, auteur Espagnol, s'est inspiré de la célèbre toile de la Vierge au chancelier Rolin de Van Eyck pour construire son oeuvre. Cette dernière contient six niveaux de lecture au total et ces lectures font appel tantôt à l'art, tantôt aux mathématiques et tantôt aux échecs ce qui plonge le lecteur dans un milieu à la fois fascinant et énigmatique. Bref, une réussite.
  
   
Deux célèbres oeuvres du peintre flamand du XIIIe/ XIVe siècle,  Van Eyck : 
   
vaneyck1.jpg
Vierge au chancelier Rolin Van Eyck (1430)
   
vaneyck-arnolfini-copie-1.jpg
Les époux Arnolfini, Van Eyck (1434)
  


   

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pourquoi a-t-on cherché à vous incriminer de la sorte? 30/12/2014 15:42

.

Pascal 19/11/2007 18:01

Ton billet me donne envie de relire ce roman que j'avais trouvé captivant. Merci

katell 27/10/2007 15:36

Il est sur ma PAL (mon homme l'a lu depuis bien longtemps!)

Florinette 22/10/2007 19:28

Entièrement d'accord avec toi, j'ai lu ce fascinant thriller récemment et même si l'on ne connaît pas grand-chose aux échecs on se laisse emporter par l'intrigue. Il faut dire que ce polar a été primé en France par le Grand Prix de littérature policière !!

La Culture se Partage 22/10/2007 11:38

Bonjour Alexandra,
Merci d'avoir mis deux commentaires sur mon blog.
Je vais aussi visiter Livres et délices.
Catherine.