Tout ce que j'aimais de Siri Hustvedt

Publié le par Alexandra

tout-ce-que-j-aimais.jpg
Suite à la découverte de la correspondance intime de Violet à Bill, Léo Hertzberg entame le récit des trente années passées. Tout commence dans les années 1970, au cœur du milieu artistique de Soho à New-York où Léo partage sa vie avec sa femme Erica. Happé par la peinture de Bill, Léo se lie d’amitié avec ce dernier qui installe son appartement d’abord puis son atelier un étage au-dessus du loft du couple Hertzberg. Ils partent ensemble en vacances et leurs fils respectifs Mark et Matt s’entendent à merveille. Mais la mort frappe Léo et Erica en leur ôtant leur fils unique. Cette tragique disparition révèle alors les forces et les faiblesses de tous. Erica a besoin d’un nouveau souffle, Léo cherche son oxygène, Mark  connaît les affres de la drogue puis du crime et Bill compose avec ses craintes les plus intimes. Chacun sombre à sa manière dans une folie pour tenter de survivre.
 
Voici deux jours que j’ai achevé la lecture de ce roman et voici deux jours que je ne sais comment en rendre compte. Il faut dire que sa richesse et sa densité est difficile à étreindre ; je ne puis que proposer qu’un pâle résumé de l’intrigue. En effet, ce dernier ne peut-être qu’incomplet car à l’heure des récits épurés (voire minimalistes dans certains cas) Siri Hustvedt (qui n’est autre que Mme Paul Auster) nous propose un roman très fouillé : les sentiments et émotions sont admirablement suggérés et les descriptions des œuvres de Bill sont tout simplement remarquables. Encore maintenant, j’ai l’impression de connaître l’œuvre artistique de Bill et je pourrais aisément vous en parler comme l’on parlerait d’un artiste réel. Le personnage est devenu personne !
Pourtant, malgré ces éloges, je n’ai pas été transportée par l’intrigue en elle-même : elle se met en place très lentement, puis, une fois lancée, je n’ai pas senti le souffle de la nouveauté, principalement quant aux actions centrées autour de Mark. 
A lire tout de même... si ce n'est pour la beauté des descriptions.

Publié dans Romans

Commenter cet article

Nathan? ... 30/12/2014 15:49

.

Corso 14/04/2009 14:48

Le mardi 26 mai 2009, l'auteur vient à la librairie Arthaud (Grenoble) pour une rencontre-dédicace. Je me ferai signer ce livre.